mardi , 4 août 2020

Toulouse : Découvrez le programme du Grand Rond pour l’été !

Après plusieurs mois de fermeture, le Théâtre du Grand Rond Toulouse dévoile la programmation après sa réouverture le 17 juin dernier.

Enfin ! La vie théâtrale reprend petit à petit son déroulé. Et rien de tel que la programmation du Grand Rond pour se plonger dans le Théâtre pendant l’été. La programmation initiale de cet été a été complètement revue afin d’accueillir certaines des compagnies qui ont vu leurs représentations annulées ces derniers mois et de pouvoir appliquer les conditions sanitaires d’accueil.

Si la programmation reprend, il y aura pas mal de modifications. La programmation jeune public, qui fait habituellement une longue pause pendant l’été, reprendra du 7 juillet au 8 août et proposera 4 spectacles du mardi au samedi à 11h et à 15h. La programmation tout public change d’horaire. Du mardi au jeudi, le spectacle commencera à 19h et les vendredi et samedi à 21h. Enfin, les apéro-spectacles ne pourront reprendre dans les conditions sanitaires actuelles.

Une nouvelle tarification est mise en place. Les spectateurs ont accés aux spectacles tout public aux tarifs classiques (de 6€ à 13€), avec les carnets Pleins Feux, et aux tarifs solidaires (4€ et 18€). Aucun justificatif ne sera demandé pour les tarifs classiques et solidaires. Un tarif solidaire s’ajoute également aux tarifs jeune public qui passent de 5 à 8€.

Plus d’infos : https://www.grand-rond.org/index.php/grandrond/programmation

Le programme :

JUILLET
Du 21 au 25 juillet, la compagnie 11h11 exhume, dans Chut ! , la plume drôle, absurde, cruelle et caustique de Daniil Harms, écrivain russe à l’humour noir, absurde et jubilatoire que le régime stalinien a tenté de censurer. Chut ! est une invitation à se taire que l’auteur n’a pas voulu suivre, une injonction au sérieux que nous ne suivrons pas non plus ! Spectacle coproduit par le Grand Rond.

Du 28 juillet au 1er août, cette année encore, voici une semaine de cirque en chantier en partenariat avec le studio PACT. La pépinière des porteur·euse·s de projets de la filière Arts du cirque nous présente Mektoub et L’Hiver en juillet, deux soli de femme qui racontent chacun une histoire bien différente. Un co-plateau qui tourne autour de la danse, du clown, d’un flow servi par des circassiennes qui vont vous tourner et retourner dans tous les sens du terme.

AOÛT
Du 4 au 8 août, Les Dégingandés proposent Dégingandé, un concert, un duo, clownesque, musical, harmonieux ! Dégingandé signifie « qui a une démarche irrégulière et sautillante, une allure à la fois relâchée et gauche en raison de son corps ou de ses membres trop longs ». Ça leur a parlé et ça nous parle aussi… Attention ! on doit vous prévenir que dans 95% des cas, pendant et juste après le spectacle, vous tomberez instantanément amoureux·ses. Il est donc recommandé de bien choisir la personne qui vous accompagnera…

Du 11 au 15 août, la compagnie La façon présente Solex. Pas de démarrage au quart de tour ou de pétarade qui vous en mette plein la vue et les oreilles. Ce solex-là, il faut en prendre soin. Alors on répare le moteur d’abord : chaque chose à sa place. Puis on déroule les mots. Mais on répare quoi ? Qui ? On prend soin des machines comme on prend soin des humains : par amour.

Du 18 au 22 août, comme chaque année nous accueillons le gagnant du Coup de Chapeau de la session passée. Et cette année c’est la compagnie du d barré/Culture En Mouvement qui revient avec son spectacle Vivant ! que nous avions accueilli à sa création. Aurélien Zolli y parle du processus du deuil dans nos sociétés. Il convoque différents tableaux, qui sont autant d’étapes et d’émotions, pour évoquer la volonté de célébrer la vie, de transformer nos faiblesses en forces.

Du 25 au 29 août, ATM – Actes Théâtre Musique présente Miles Davis ou le coucou de Montreux. Au départ, Jean-Pierre n’aimait pas le jazz… Alors comment une poignée de mains avec l’artiste, geste pourtant anodin, a-t-elle pu changer son rapport à la musique et sa vie ? Dans sa casse-auto, Jean-Pierre se souvient. Au fur-et-à-mesure de l’histoire, se saisissant des bielles, des pistons, des bidons, il nous embarque pour tenter de saisir ce que cette musique a d’universel.