mardi , 18 mai 2021

Toulouse, une ville de Street Art !

La ville de Toulouse possède une belle galerie à ciel ouvert de nombreux créations patriotiques  dans le street art. En cette période, promenez vous et ouvrez les yeux autour de vous !

En cette période de confinement, où on ne peut pas sortir à plus de 10km de chez soi, il est important de regarder autour de soi. Et autour de nous, milles merveilles. De celles qu’on n’aperçoit pas dans le rythme normal de nos vies. Toulouse possède une grande richesse dans le street art avec de graffs, des installations et des oeuvres d’art. Alors que pouvons nous trouver à Toulouse ?

James Colomina et ses sculptures rouges

James Colomina, prothésiste dentaire de métier utilise son outil de travail, la résine, pour exprimer bien d’autres choses ! Ces statues rouges fleurissent spontanément la nuit pour questionner les habitants au réveil. Comme Le garçon au bonnet d’âne placé dans un des dégueuloirs du Pont Neuf la veille de la première épreuve du bac en 2017. Depuis d’autres œuvres sont apparues, L’attrape Cœur au Grand Rond en 2019 ou l’Homme à la tête de pomme sur les nouvelles allées Jean Jaurès. 

> https://www.toulouseblog.fr/une-nouvelle-statut-de-artiste-james-colomina-a-toulouse/

> https://www.instagram.com/jamescolomina/

Le parisien Space Invader dans les rues de Toulouse

Le street artiste Space Invader est passé par Toulouse en 2016 et a laissé 6 créatures dans l’hyper centre ! Ses personnages attirent bien des convoitises, et vous en trouverez encore 5, roses, bien entendu. 

Hendrik Beikirch dit aussi ECB, rue d’Antibes
Cet incroyable artiste allemand est venu deux fois à Toulouse : en 2016 où dans le cadre du festival Rose Béton, il a réalisé le portait monumental d’un tisserand berbère. Mais ce graff était voué à la destruction aussi, en 2017 ECB est revenu offrir au quartier un second portrait, d’une femme cette fois. 

Les oeuvres de CeeT

CeeT a grandi à Toulouse puis s’est expatrié en Chine. Ces petits poulets, les « chicanos » comme il les nomme sont devenus sa marque de fabrique ! En 2019, il installe une réalisation monumentale au 32 rue Jean Moulin, Métro Empalot. Les habitants du quartier ont pu choisir entre trois maquettes avant que des couleurs ne viennent s’ajouter à leur quotidien. On retrouve également le style de CeeT sur la façade d’un immeuble dominant la Place Arnaud Bernard, transformée par l’oeuvre collaborative de plusieurs artistes (Truskool Siker / Ceet / Soone / 2pon / Tober / Der et Tilt) 

Hense, 6 rue St Anne 

Graffeur venu d’Atlanta, Hense était invité en 2019 lors du dernier festival Rose Béton. L’abstraction, la juxtaposition des formes, les grands aplats de couleurs guident son élan artistique. C’est encore une autre forme du graffiti actuel que vous découvrez ici. 

Mademoiselle Kat, Jungle Fever, 5 rue Ste Ursule

Mademoiselle Kat est une des rares figures féminines du mouvement graffiti à Toulouse depuis les années 1990. Ses personnages à l’époque tournaient autour de la pin- up, la femme cartoon. Son élan féministe est toujours bien présent. En 2019, pour Rose Béton, elle nous offre rue Ste Ursule son Jungle Fever. Mademoiselle Kat continue aussi de coller ses demoiselles sur les murs de Toulouse mais elles disparaissent en 24h. Suivez son travail sur instagram.

> https://www.instagram.com/mademoisellekat/

Le Kong de se promène sur les façades toulousaines

Le street Artiste Loic L aime promener son Kong dans les rues de Toulouse et sur les façades comme dernièrement au Capitole : https://www.toulouseblog.fr/un-kong-apparait-sur-la-facade-du-capitole-de-toulouse/

Un podcast « Et Si Bansky était une femme »
« Et si Banksy était une femme  » est un podcast qui interroge la place des femmes dans le street-art en France. À travers une série de six épisodes documentaires (tournés à Montpellier, Toulouse, Lyon, Bordeaux et Paris + un épisode bonus), Elodie Potente et Popnographe partent à la rencontre de ces femmes qui parcourent la rue chaque jour pour coller, peindre, ou encore militer.

>https://www.toulouseblog.fr/et-si-bansky-etait-une-femme-le-podcast-sur-le-street-art-evoque-toulouse/ 

D’autres idées à voir et à découvrir autour du Street art :

> 100Taur, au 19 rue des Anges, métro Minimes

> Maye et Mondé, 64 av. de l’URSS, Métro St Agne 

> La Galerie, sous les arcades du Capitole de Toulouse

> Tisséo offre à ses voyageurs de nombreuses oeuvres d’art dans le métro grâce à Artéo. 

> Toute l’année, des manifestations comme la Biennale Rose Béton

> Quelques pistes : le quartier Arnaud Bernard, berceau du graff toulousain où se côtoient toujours graffitis vandales ou murs hommages (fresque de la Truskool, rond-point d’Arnaud Bernard), mais aussi le long du canal du midi (découvrez les artistes Sismikazot, Ariz, Jace, Mlle Kat au Pont des Demoiselles), au 50cinq (sur rdv), à la Cartoucherie ou au tout nouveau Aérochrome à Blagnac… 

> La Galerie 22m2, 28 rue des Polinaires

> Hors Ligne, 41 avenue Etienne Billières