vendredi , 21 juillet 2017
Accueil || Articles || Concerts || Découvrez le programme de Toulouse d’été du mardi 18 juillet !

Découvrez le programme de Toulouse d’été du mardi 18 juillet !

Ce mardi 18 juillet dans le cadre de Toulouse d’été, on pourra découvrir un concert de l’Orchestre National du Capitole à la Halle aux Grains mais aussi une pause musicale avec Cocahna.

 

Pause Musicale avec Cocahna à 19h au Jardin Raymond VI
Ce sont trois voix enracinées, touchantes, timbrées qui s’entremêlent entre monodie, harmonies et rythmiques vocales. La force du son réside dans l’alchimie des voix, le bourdon qui soutient, la voix haute qui brille, l’unisson qui prend aux tripes… Un éventail sonore qui fait décoller l’imaginaire. Las femnas de Cocanha s’accompagnent de percussions corporelles (mains, pieds) et du tambourin à cordes pyrénéen, bourdon rythmique traditionnel, dont elles explorent les possibilités acoustiques.

 

Orchestre National du Capitole, à 21h à la Halle aux Grains
Le Concerto pour violoncelle est la dernière œuvre importante composée par Dvořák aux États-Unis. Commencé en 1894, il fut créé le 19 mars 1896 à Londres. Tandis que la Symphonie dite « Nouveau Monde » et le Quatuor à cordes n° 12 s’étaient nourris de musiques américaines, le Concerto regarde vers la terre tchèque, comme en témoigne son lyrisme slave, le rythme dansant et le caractère populaire du Finale. On fait un bond de soixante-cinq ans, de Dvorak à Chostakovitch, avec cette symphonie sur la vie de Lénine. Les quatre mouvements, joués sans interruption, évoquent des lieux et événements de l’année 1917 : la ville de Pétrograd ; Razliv où, Lénine prépara la Révolution d’octobre ; l’Aurore, nom du cuirassé dont le tir donna le signal de l’attaque contre le Palais d’hiver.

 

Dirigé par les baguettes les plus prestigieuses, l’Orchestre national du Capitole de Toulouse est né au début du XIXe siècle. Tugan Sokhiev préside aujourd’hui à ses destinées. Régulièrement invité en France et à l’étranger, l’Orchestre peut se targuer d’une multitude de concerts en compagnie de solistes de premier ordre ; il assure également la saison lyrique et chorégraphique du Théâtre du Capitole. Une prestigieuse discographie vient saluer ce parcours sans faute. C’est au jeune letton Andris Poga que revient la baguette. Considéré comme l’un des meilleurs chefs de sa génération, il dirige les orchestres les plus prestigieux. Il est rejoint, ce soir, par une autre étoile montante de la musique, le talentueux violoncelliste Edgar Moreau, lauréat de nombreux prix internationaux.