vendredi , 22 septembre 2017
Accueil || Articles || Cinéma || Le 22 septembre, Hommage au Mime Marceau à la Cinémathèque de Toulouse

Le 22 septembre, Hommage au Mime Marceau à la Cinémathèque de Toulouse

À l’occasion des 10 ans de sa disparition, la Cinémathèque de Toulouse dédie une séance hommage au mime Marcel Marceau, dont les filles Camille et Aurélia ont déposé en septembre 2016 un précieux fonds de films au Centre de conservation et de recherche de la Cinémathèque.

Composées de copies 35 mm, 16 mm et vidéo, ces archives révèlent une filmographie demeurée longtemps en sommeil et témoignent d’une carrière internationale de plus de soixante ans.

À partir de l’ensemble des films déposés, nous avons sélectionné pour cet hommage deux courts métrages très rares et un documentaire absolument inédit, témoignages de la naissance et de l’évolution de Bip, le célèbre personnage créé par Marcel Marceau.

La Bague, court métrage tourné « en amateur » par Alain Resnais en 1946, illustre les premiers pas de Bip : il n’a pas encore les traits d’un Pierrot lunaire ni le haut-de-forme habillé d’une fleur rouge qu’on lui connaît, mais il affiche déjà le style, la grâce et l’inventivité qui ont caractérisé ses jours de gloire. Ce sont les débuts du Mime Marceau mais aussi les débuts de Resnais cinéaste, tous deux dans la même troupe théâtrale dans l’Allemagne de l’après-guerre.

Marcel Marceau’s Memories and Dreams est un documentaire réalisé en 1976 par Pico Harnden et produit par José Antonio Bertrand Verges. Entre fiction et réalité, entre spectacle capté, quotidien de l’artiste et séquences oniriques, le film n’est jamais entré dans le circuit d’exploitation cinématographique. Camille et Aurélia Marceau en conservaient seulement une copie vidéo de basse qualité. La Filmoteca de Catalunya (Barcelone) a fourni à la Cinémathèque de Toulouse l’élément négatif dont elle disposait et l’équipe Film du Centre de conservation et de recherche de la Cinémathèque l’a analysé, nettoyé et numérisé, pour obtenir une copie exploitable de cette oeuvre singulière, qui est montrée en avant-première à cette occasion.

Pour terminer, Contra-Punkte, un essai de Herbert Seggelke réalisé en Allemagne en 1965, qui mélange des images d’archives et des captations de la pantomime « Contrastes » pour restituer à l’écran l’art de Marceau avec tout ce qu’il contenait d’émouvant, de joyeux et d’explosif.

Infos : www.lacinemathequedetoulouse.com