vendredi , 24 juin 2022

Interview. Blonde Hiver nous dévoile « Etreins la lumière »

Coup de coeur pour le duo électro-pop Toulousain Blonde Hiver et leur titre « Etreins la lumière ». Rencontre.



Nouveau duo toulousain d’electro-pop, BLONDE HIVER, nous plonge dans une atmosphère sonore en clair-obscur. Le 26 mai dernier, le duo composé par Milu Milpop (chanteuse et DJ Polonaise) et Julien Eynard (chanteur et musicien toulousain) nous ont délivré le premier singe « Eteins la lumière ». Rencontre autour de la sortie du clip pour découvrir ce nouveau groupe toulousain.

Avant toute chose, qui est Blonde Hiver ?

BLONDE HIVER est un nouveau duo toulousain d’electro-pop, composé de Milu et Julien, tous les deux au chant, aux synthés et aux machines. Des sons de synthés analogiques aux couleurs 80’s côtoient deux voix harmonisées sur des beats électroniques.  Des nappes légères et évolutives se mêlent à des basses séquencées et profondes.  Les époques et les styles se mélangent pour livrer une pop lumineuse et sensible qui donne envie de se (re)lever.

Comment est né le groupe  et pourquoi le nom Blonde Hiver ?

On a déjà joué une centaine de concerts ensemble dans le projet chanson-pop/folk “Jules Nectar”. On se connait donc bien ! On a eu envie d’aller explorer d’autres ambiances musicales, plus électroniques, avec d’autres instruments, bref construire un autre univers. On aime jouer sur les contrastes. Par exemple, dans notre premier single “étreins la lumière” sorti le 26 mai 2022, les couplets sont assez sombres et mélancoliques, la basse synthétique analogique séquencée apporte un côté froid. Alors que les refrains sont plus optimistes et plus lumineux avec des envolées de synthés plus brillants. On aime aussi beaucoup chanter en harmonie ce qui ne se rencontre pas forcément dans ce type de musique.

Pour le nom du groupe on avait envie de trouver quelque chose de similaire, de juxtaposer deux mots qu’on n’a pas l’habitude d’associer : Blonde Hiver. Blonde plutôt chaud feminin, Hiver, froid et masculin.  On trouve surtout que ça sonne bien et que ça permet à chacun d’y trouver sa signification plus ou moins barrée. Pour le clin d’oeil aussi, en polonais (Milu est Polonaise) Hiver est un mot féminin ! 

Quelles sont vos influences musicales ?

Dans les groupes actuels , on peut citer Agar Agar, Vitalic, Kompromat, Kid francescoli, French 79, L’impératrice, the Do, Flavien Berger, Agnes Obel. Et plus ancien il y a Depeche Mode ou encore Bronski Beat

Et comment décririez- vous votre style musical ?

La question qui fait mal, car chacun a sa propre idée de chaque style. Electro-pop, synth pop, dream-pop ? Ça dépend des morceaux . Le côté pop est lié aux mélodies et riffs qui ont tendance à rester en tête et aux voix qui ont beaucoup d’importance.

Dans le groupe, comment se passe le processus créatif ? Qui amène le texte, les idées, la musique ?

On n’a pas de méthode stricte, certains sont écrits et composés ensemble à 4 mains, d’autres entièrement par l’un ou l’autre. Quoi qu’il en soit, une fois l’idée initiale en place, on joue le morceau et chacun y apporte sa patte, son envie. On travaille avec des instruments électroniques et des ordinateurs, mais notre musique se joue, on tient beaucoup à ce côté live. Les morceaux évoluent donc pas mal avant d’arriver à leur version définitive. 

Vous avez sorti le clip de Etreins la lumière. Comment définir ce titre et comment est il né ?

Étreins la lumière, est une sorte de voyage ou rêverie introspective qui invite à guetter les lueurs au milieu des ombres, à percevoir le positif malgré tout.  Pour la petite histoire, on a écrit le texte à l’occasion d’une commande de maison de disque d’une chanson sur ce thème pour servir de générique d’une série télé…

Le clip est somptueux et il a déjà reçu un prix. Pouvez vous me parler de la genèse et de ce clip ?

Nous sommes musiciens avant tout. Pour les images, nous avons besoin de collaborer avec d’autres artistes. Nous avons rencontré Maryline Solignac, une jeune réalisatrice toulousaine très talentueuse qui a tout de suite beaucoup aimé « Étreins la lumière ».  Elle nous a proposé de filmer le voyage de trois personnes, évoluant dans 3 univers différents, de l’ombre vers la lumière. Trois histoires très personnelles, tournées dans trois ambiances de couleurs différentes et interprétées par trois comedien-e-s toulousain-e-s. Elle est aussi entourée d’une super équipe technique. Ils ont fait un travail de dingue sur ce clip ! On a beaucoup de chance d’avoir pu travailler avec eux.

D’ailleurs l’image est aussi importante pour vous que la musique ?

Oui et non. Bien sûr les deux se complètent mais nos morceaux peuvent s’écouter sans image ! Et d’ailleurs ce clip peut se regarder sans musique. Ce qui est important pour nous c’est de collaborer avec d’autres artistes : musiciens, producteurs, metteurs en scène, réalisateurs, danseurs etc afin d’amener nos titres ailleurs, de les faire vivre au contact d’autres sensibilités.

Quelle est la suite pour Blonde Hiver : EP, album, dates de concerts ?

Un deuxième single « Piege » va sortir en septembre. Un EP est prévu pour le début de l’année 2023.  On a aussi prévu des collaborations avec des remixes mais c’est une surprise donc chuuut… On communiquera bientôt la date du concert de sortie officielle. Le concert le plus proche aura lieu le 27 aout au Festival de Cinema de Gindou.