mardi , 7 décembre 2021

Tournefeuille signe la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens »

La municipalité de Tournefeuille a intégré dans son projet de mandature 2020-2026, la prise en compte des enjeux de « santé environnementale ».Le mercredi 3 mars 2021, elle signe ainsi la charte « Villes et des territoires sans perturbateurs endocriniens », animée par le Réseau Environnement Santé (RES).

Notre environnement est en effet chargé de substances chimiques étrangères à l’organisme et qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères (OMS, 2002).

Le sujet a pris une dimension nouvelle avec la publication d’un rapport parlementaire en septembre 2019 qui fait le bilan des connaissances scientifiques les plus récentes.

Ce rapport insiste sur l’urgence d’agir, les perturbateurs étant devenus un enjeu majeur de santé publique. Ils sont « présents dans l’organisme de tous les Français » et « des niveaux d’imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants ». (Santé Publique France, rapport du 3 mars 2019).

Les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans l’environnement : pesticides, plastiques, emballages et contenants alimentaires, jouets, produits de nettoyage, ameublements, retardateurs de flammes, matériaux de construction, parfums…

L’objectif de passer d’une population aujourd’hui exposée de 100 % à 0 % n’est pas envisageable à court terme, explique Dominique Fouchier, Maire de Tournefeuille. Réduire tout ce qui peut l’être, former, informer, est en revanche un impératif.

La ville de Tournefeuille a déjà mené des actions qui visent à réduire l’exposition de la population aux perturbateurs endocriniens.

·        Application du zéro phyto sur les espaces publics depuis 2013

·        Alimentation 100 % bio dans les crèches, attention dans le choix des contenants, lessives, couches, matériels pédagogiques,…

·        Augmentation de la part des aliments bio dans la restauration collective pour atteindre aujourd’hui 33 %

·        Introduction de clauses dans le marché d’achat des produits d’entretien.

En signant cette charte, la ville de Tournefeuille s’engage à amplifier ses efforts.

Pour Nathalie Ferrand, référente du Réseau santé environnement en Occitanie, la charte n’est pas un label, mais un engagement à agir. Le réseau est un appui précieux pour les collectivités signataires qui peuvent échanger leurs expériences.

Nous souhaitons nous inscrire dans une dynamique nationale qui doit inciter les industriels à modifier leurs process, et les consommateurs à être vigilants, ajoute Dominique Fouchier, maire de Tournefeuille.

En 2021, Tournefeuille va sensibiliser en priorité les adolescents et des jeunes adultes, une population particulièrement vulnérable aux effets des perturbateurs endocriniens, dans le cadre d’un programme soutenu par le Plan Régional Santé Environnement 3, (PRSE3) et piloté par la DREAL (Direction Régionale Environnement Aménagement Logement) avec l’Agence régionale de la santé Occitanie.