mardi , 16 janvier 2018
Accueil || Articles || Sports || Pré-saison du Toulouse Olympique – Interview d’Adam INNES

Pré-saison du Toulouse Olympique – Interview d’Adam INNES

Depuis le 13 novembre dernier, le groupe pro du Toulouse Olympique travaille dur, notamment sous la houlette d’Adam INNES, pour être prêt en vue de la saison 2018 de Championship, qui commence officiellement le 3 février avec la réception de Swinton. Le préparateur physique du TO profite de la dernière semaine de travail de 2017 pour tirer un bilan de ces 6 premières semaines.

Quel bilan dresses-tu de la première partie de l’intersaison ?

Cette dernière semaine de l’année est dédiée aux tests et je vois aux premiers résultats que tout le monde s’est amélioré, donc je suis satisfait de ces premières semaines de travail. Grâce à notre nouveau fonctionnement, nous avons augmenté le nombre d’heures d’entraînement. En tout, nous avons passé 35h de plus par rapport à la saison dernière. C’était dur pour les joueurs qui n’avaient jamais connu cela mais tout le monde a répondu présent et les résultats sont là.

Quel est ce nouveau fonctionnement ?

Désormais, nous disposons de notre propre salle de musculation, ce qui nous permet de planifier nos journées exactement comme nous le voulons. Jusqu’à maintenant, nous nous entraînions dans une salle privée, nous étions dépendant des horaires de cette salle et notre planning se construisait en fonction de cela. Cette année, ce n’est plus le cas. Nous avons pu mettre les joueurs dans des conditions idéales, que ce soit pour le physique, la technique ou la vitesse. Et nous avons des plages de récupération entre les entraînements plus importantes pour que les joueurs puissent être frais et lucides.

De plus, ils ont pu retoucher le ballon plus tôt. Avant, nous n’avions qu’une fenêtre d’une heure d’entraînement sur le terrain où nous devions faire vitesse, physique et technique. Au final, nous ne touchions le ballon que 20-30 minutes par entraînement. Maintenant que nous avons des créneaux bien définis, nous pouvons travailler 1h-1h30 avec ballon. Nous avons triplé le temps de travail avec ballon par rapport aux années précédentes.

Y a-t-il un objectif précis sur cette intersaison ?

Pour le physique, les trois quarts de l’effectif avaient un objectif de prise de poids car nous avons vu au cours de cette première saison en Championship que les équipes adverses étaient bien plus lourdes que nous. Nous avons donc travaillé en conséquence.

En technique, nous continuons à bosser sur la défense et pour rivaliser avec les Anglais sur le combat, nous avons fait appel à Antony REA, pour qu’il forme les joueurs à quelques techniques de lutte, de travail au sol. Après une dizaine de séances avec lui, il n’y a pas photo, les progrès sont là.

Quel est le programme de la suite de l’intersaison ?

Nous allons finir la semaine de test pour que je vois où ils en sont, vérifier que ce que nous avons fait jusqu’à maintenant a bien porté ses fruits, ce qui déterminera le déroulé du mois de janvier. La plupart des joueurs vont ensuite bénéficier d’une semaine de repos pour profiter des fêtes et de leur famille, tandis que certains ont demandé à mettre cette semaine à profit pour continuer de travailler. Après, il nous restera 4 grosses semaines avant le premier match contre Swinton. Le travail n’est pas encore fini mais nous avons fait plus de la moitié.

Comment se passe la reprise des internationaux ?

Je suis très content pour ces mecs qui ont participé à la Coupe du Monde. C’est génial pour eux de jouer cette compétition dans le pays du tenant du titre.

De notre côté, il a fallu s’adapter car le groupe était restreint et c’est plus compliqué de travailler sur le plan technique. Physiquement, le côté négatif, c’est que ces joueurs ont maintenant moins de temps pour se préparer. Au lieu de 3 mois, ils n’auront que six semaines, soit moitié moins que les autres.

Le staff médical fait un travail énorme avec les joueurs blessés et les internationaux pour qu’ils soient prêts pour janvier mais si nous sentons que certains ne le sont pas, nous n’allons pas forcer les choses. Nous n’allons pas les mettre en danger pour qu’ils soient présents le 3 février contre Swinton. Si nous voyons qu’ils ont besoin de plus de temps, nous sacrifierons les premiers matchs.

Nous verrons donc au cours des prochaines semaines et nous prendrons des décisions en fonction avec le staff. Nous avons un bel effectif, et les autres joueurs seront capables de faire le job (sourire).

Un dernier mot sur les recrues ?

William, je le connais pour avoir joué avec lui à ses débuts avec St Gaudens. Il est très mature, il va nous amener son expérience acquise avec les Dragons Catalans et Londres. C’est une option supplémentaire en demi non négligeable.

Je n’ai que des bonnes choses à dire sur Sam RAPIRA. Il va nous amener beaucoup. Il conseille énormément les jeunes, mais c’est surtout un leader de par ses actes et les autres se régalent à ses côtés. J’ai hâte de le voir sur le terrain.

Je ne connais pas encore Eddy (PETTYBOURNE) personnellement mais je connais sa carrière, en NRL, Super League et à l’international. Son CV parle pour lui.