jeudi , 13 août 2020

Découvrez le coup de gueule d’Hervé Sansonetto, patron du Bikini

Dans une lettre, le directeur du Bikini s’exprime avec force sur la situation actuelle des salles de concerts.

« Des fois j’ai les larmes (de rage) qui me montent aux yeux ! » voilà comment commence la lettre du patron du Bikini, Hervé Sansonetto. Un coup de gueule salvateur sur la situation actuelle.

Ici pas de métaphores, de périphrases ou de langues de bois..juste un cri du coeur. On vous laisse découvrir les mots de Hervé Sansonetto.

« Des fois j’ai les larmes (de rage) qui me montent aux yeux !

Le monde de la nuit, les Asterix et Obelix, Mickey, les « adadas moyenageux», les théâtres confidentiels, les majorettes, les défilés militaires, les cracheurs de feu et échassiers, les batoucadeurs etc …et nous, salles de concert ?

Nous qui faisons le quotidien de la musique, jamais on ne parle de nous, alors que nous sommes la SORTIE principale de la quasi totalité de la population de notre pays !

Jamais un mot gentil ou alors le verbiage des spécialistes qui dégueulent leurs flots insipides sur ces jeunes qui jouent de la musique !

Tout ne repose pas sur le pognon mais sur un peu de compassion ! N’oubliez pas que la musique ne sort pas que des radios, des casques et de chez Drucker !

Elle se crée sur scène, avec des musiciens, des techniciens, des éclairagistes, des gens qui ont choisi ce monde de passionnés pour vous donner de la joie et du plaisir !

Et vous, chers collègues «  anxiogènes » quand vous voulez exprimer votre pensée voir votre désespoir, faites le naturellement avec des mots qui sortent du cœur, ne copiez pas, par pitié, le langage de nos chers politiques, n’utilisez pas cette prose qui fatigue après quelques lignes de lectures !

Courage, nous tous ! Les oubliés !

Vivement la sueur, le pogo et l’entassement dans ces salles pleines de chaleur humaine ! »

>> www.lebikini.com