fbpx
mardi , 19 mars 2019
Accueil || Articles || Volley : Les Spacer’s Toulouse reçoivent Paris !

Volley : Les Spacer’s Toulouse reçoivent Paris !

Ce samedi, les Spacer's Toulouse, actuellement 4e du Championnat, accueille l'équipe de Paris au Palais des Sports. Mission : rester invaincu à domicile !

Les toulousains sont sur une série de 4 victoires en 4 matchs à domicile en cette année 2016. Le Palais des Sports leur réussit, mais pas que. Sur les 6 déplacements réalisés en ce début d’année, les hommes de Cédric Enard ont empoché les 3 points à Narbonne,  Montpellier et Nancy, et sont revenus avec 1 point des déplacements à Paris et à Ajaccio.

Une belle série qui se doit de continuer ce samedi contre Paris que les Spacer’s ont affronté il y a tout juste 1 mois sur leur terrain (ce match avait été reporté le 10 février suite à la tragédie de Paris du mois de Novembre).

Grâce à ces bons résultats, les Spacer’s sont actuellement 4ème avec 2 points d’avance sur les visiteurs de ce samedi. Une victoire 3 sets à 0 ou 3 sets à 1 éloignerait un peu plus les poursuivants, et notamment Montpellier le 1er poursuivant aux play-offs, qui en cas de défaite à Chaumont serait alors relégué
à 10 points des Spacer’s.

Cependant, les matchs sont très serrés cette saison, et le fait de prendre des points à chaque match permet actuellement aux toulousains de se retrouver dans les tout premiers malgré un nombre de victoires moins importante. Cette rencontre sera donc une revanche du match du 10 février à la différence que Milos CULAFIC, pointu et joker médical arrivé en janvier dernier, sera qualifié et sur le terrain.

Ce ne fut pas le cas du côté de la salle Charpy car il n’était pas qualifié (le match était un report d’un match de début décembre où il n’était pas encore arrivé au club donc pas qualifié – règlement Ligue Nationale de Volley).

Cédric Enard pourra donc composer avec tous ses joueurs, qui ont tous eu du temps de jeu dernièrement et sont plutôt en forme. De plus, les Spacer’s auront pu bénéficier d’une semaine complète de récupération et de travail, avantage qui aura été impossible au cours de ce mois de février tant le rythme des matchs aura été élevé (6 matchs en 3 semaines).