samedi , 3 décembre 2016
Accueil || Articles || Expositions || L’exposition Humour interdit part en tournée en Haute-Garonne et au-delà

L’exposition Humour interdit part en tournée en Haute-Garonne et au-delà

CapitoleL’exposition Humour interdit, réalisée par le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation, va prochainement rejoindre les communes de Pechbonnieu et de Léguevin. Les élus départementaux ont en effet validé, jeudi 17 novembre en commission permanente, la mise à disposition gratuite de cette exposition suite à la sollicitation des deux communes.

L’exposition a été présentée pour la première fois au public de novembre 2015 à juillet 2016 au Musée départemental de la Résistance et de la Déportation. Composée de dessins de propagande, de résistance ou encore de survie, réalisés par des artistes confirmés ou des inconnus durant la Seconde guerre mondiale, l’exposition témoigne également de l’extraordinaire front de solidarité né après les attentats de janvier 2015, en intégrant des dessins réalisés par des élèves et des collégiens du Département.

La force, la pertinence et la résonance du projet avec l’actualité expliquent le souhait du Conseil départemental que l’exposition puisse être vue par le plus grand nombre de Haut-Garonnais. Elle sera présentée à la médiathèque de Pechbonnieu, du 5 décembre 2016 au 7 janvier 2017, puis au collège François Verdier de Léguevin, du 23 janvier au 3 février 2017.

La reconnaissance du travail du Musée départemental de la Résistance et de la Déportation dépasse par ailleurs les frontières haut-garonnaises puisque l’exposition fait déjà l’objet de 8 réservations de la part de collèges et de musées situés hors du département, notamment à Limoges et à Brive.

« Dans des temps troublés par la résurgence de l’obscurantisme, la mémoire doit plus que jamais jouer cette fonction essentielle pour chacune et chacun d’entre nous : celle d’un trait d’union, d’un sentiment d’appartenance à un collectif, d’un chemin d’émancipation. La mémoire devient la condition d’un avenir meilleur tel qu’il appartient aux nouvelles générations de le bâtir » a rappelé Georges Méric.