vendredi , 23 juin 2017
Accueil || Articles || Expositions || Exposition : « Kotchok » et « Tu seras suédoise ma fille » jusqu’au 1er octobre à Saint-Bertrand-de-Comminges

Exposition : « Kotchok » et « Tu seras suédoise ma fille » jusqu’au 1er octobre à Saint-Bertrand-de-Comminges

Du 3 juin au 1er octobre, le Conseil départemental de la Haute-Garonne, en partenariat avec le festival MAP Toulouse, invite le public à découvrir deux reportages photos d’Olivier Jobard, aux Olivétains et au Musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges.

À travers deux séries photographiques, « Kotchok » et « Tu seras suédoise ma fille », Olivier Jobard réalise un travail poignant et éminemment d’actualité, qui retrace le périple des migrants qui tentent d’échapper aux guerres et à la misère du Moyent-Orient.

« Tu seras suédoise ma fille »
Printemps 2015, Ahmad, Jihane et leurs deux enfants posent le pied en Europe pour la première fois de leur vie. Ils sont arrivés clandestinement sur un zodiac surchargé, depuis la côte turque. Puis, il a fallu un mois à la famille syrienne pour traverser les Balkans, l’Union européenne et atteindre la Suède. Depuis leur arrivée, cette famille attend d’obtenir le statut de réfugié pour reconstruire une nouvelle vie.

« Kotchok »
En Afghanistan, le mot « Kotchok » signifie caché, passé en contrebande.
L’histoire de cinq jeunes Afghans, des Talibans repentis, sur la route de l’exil, de Kaboul à Paris : 12 000 kilomètres, 6 frontières à traverser clandestinement. Cinq amis ont tout sacrifié dans l’espoir d’une vie meilleure et ont confronté leurs rêves à la réalité. À travers les yeux de Luqman, Fawad, Khyber, Jawid et Rohani, Olivier Jobard nous donne à voir ce voyage initiatique qui a duré six mois.

Olivier Jobard est né en 1970 et a intégré l’école Louis Lumières en 1990 à Paris. En 1992, il rejoint l’équipe des photographes de Sipa et y reste pendant 20 ans. Tout au long de son parcours, il couvre de nombreux conflits dans le monde. Après s’être rendu dans le camp de Sangatte en 2000, il se tourne vers les questions migratoires à travers un travail photographique au long cours: « Kotchok » et « Tu seras suédoise ma fille » en sont des témoins directs.