jeudi , 29 juin 2017
Accueil || Articles || Concerts || Weekend des Curiosités 2017 : Interview avec le programmateur Antoine Fantuz

Weekend des Curiosités 2017 : Interview avec le programmateur Antoine Fantuz

Du 2 au 4 juin 2017, Le Weekend des Curiosités revient au Bikini pour une nouvelle édition qui se veut encore plus riche de découverte que les éditions précédentes. Rencontre avec le programmateur du festival Antoine Fantuz !

En 2016, le Weekend des Curiosités faisait le choix de donner un nouveau souffle au festival, en repositionnant la programmation autour des talents émergeant. Ce choix s’est avéré payant, avec une édition sold out et de très belles découvertes ! En 2017 le festival repart sur la même formule, avec toujours plus de nouveaux artistes à l’affiche.

Le Festival se déroulera cette année du 02 Juin au 04 Juin 2017, avec une bien belle programmation. Après les premiers noms comme Last Train, François & The Atlas Mountains, Helena Hauff, The Pirouettes, Roméo Elvis, Pogo Car Crash Control et After Marianne. A ces premiers noms, les organisateurs ont annoncé les noms de : Faire, NSDOS, Weval, Darius, Leska et Mawimbi. De belles découvertes à faire en juin prochain.

A deux semaines de cette nouvelle édition, rencontre avec le programmateur Antoine Fantuz pour évoquer avec lui le Weekend des Curiosités et vous donnez envie de venir découvrir le futur de la scène musicale.

Pour commencer, quel bilan tires-tu de la nouvelle formule du Festival l’an dernier ?
Hyper positif, le public a vraiment accroché avec cette nouvelle formule. Les groupes également. Le festival était sold out, avec plus de 5000 personnes sur 3 jours, une vraie réussite.

Cette année, nouvelle édition, mais on garde la même formule ?
Exactement, on garde la même formule avec des petites améliorations.

Quelles sont les grandes nouveautés de cette éditons ? Les changements marquants ?
Nous avons essayé de rendre le site du festival plus agréable, pour se faire nous avons déplacé la scène « Curiosités » qui ne sera plus à l’entrée du site, mais sur le parking privé du Bikini et elle sera plus grande que l’an dernier, ce qui apportera plus de confort à la fois au public et aux groupes.
Nous avons également déplacé la scène « Swimming Deer », elle ne sera plus à côté de la piscine, mais au dessus de la piscine ! Ce qui apportera un côté plus « fun », et qui nous permet d’avoir plus d’espace pour le grand dancefloor sur la terrasse du Bikini.
Nous avons également pensé un espace « détente », qui faisait cruellement défaut l’an dernier. Il sera situé sur le parvis du Bikini, avec l’espace restauration. On pourra trouver sur cet espace un village de « stands participatifs » sur lesquels le public pourra passer un petit moment ludique. Vous pourrez par exemple presser vous mêmes vos t-shirt du festival en sérigraphie.

Parlons de la programmation. Comment s’est passé la programmation cette année ?
Une des grosses satisfactions de cette année, ce que le festival est vraiment repéré par les agents des artistes, du coup nous avons eu énormément de sollicitations. Le festival est maintenant reconnu comme une étape importante pour les groupes en développement. Du coup énormément de propositions, donc plus de choix à faire, mais c’est encore plus intéressant.

Comment préparez-vous les artistes par jour ? Quel est la ligne directrice de chaque soirée ?
On se fixe pas de ligne artistique précise, on essaie de construire des plateaux cohérents, mais pour les styles musicaux on ne s’impose pas de barrières.
Les soirées se déroulent en 2 temps forts : une partie live de 18h00 à 00h30 et une partie club/electro de 00h30 à 06h00. Dans notre construction nous essayons d’avoir une « tête d’affiche »(à nuancer car nos « têtes d’affiches » sont des artistes qui rempliraient un Métronum à Toulouse par exemple) pour la partie live et pour la partie club, par soirs, et après on construit autour. Cette année nous avons Last Train et François & The Atlas Mountains pour le live et Helena Hauff et Darius pour le club.
La seule chose qu’on s’impose, avec plaisir, c’est de laisser une belle place à la scène locale.

Encore une fois, la scène musicale française est bien représenté. Comment expliques tu la grande vivacité, dans plusieurs courant musicaux différent, de la scène française ?
C’est vrai qu’on a une prog très française cette année, avec de super groupes !
Y’a une très bonne dynamique actuellement, avec des groupes qui osent plus, à l’image de ce qui se fait en Angleterre depuis un moment. Y’a beaucoup de projets très originaux, avec une esthétique très travaillée, les lignes bougent, les styles se mélangent, c’est hyper important, et c’est vrai qu’aujourd’hui on une très belle scène française.

Quand on voit les noms, le festival est ancré dans les tendances musicales du moment, c’est l’idée même d’être un marqueur de son temps voir être en avance sur son temps qui vous anime ?
Être en avance ça serait un peu présomptueux, mais être en phase c’est clairement notre objectif. Après oui on essaie d’avoir un petit temps d’avance pour essayer de faire découvrir au public les artistes et les tendances musicales de demain. C’est notre objectif, et ce qui nous anime quand on travaille sur notre programmation.

Vous prenez toujours autant de plaisir à faire la programmation d’année en année ?
Toujours autant, et encore plus depuis l’an dernier, le fait d’avoir recentré le festival autour de la découverte et des artistes émergeants nous demande un travail plus pointu et beaucoup plus intéressant.
Pour ceux qui hésitent encore à prendre leurs places, donne leur envie de venir en trois morceaux ?

LAST TRAIN – Way Out

DARIUS – Maliblue

FRANCOIS & THE ATLAS MOUNTAINS – La Vérité

Et à titre personnel, donnes moi trois morceaux de tes coups de coeur ?

FAIRE // Mireille se rappelle

THE PIROUETTES // Jouer le jeu

POGO CAR CRASH CONTROL – Crève

L’artiste de l’édition 2017 le plus surprenant pour toi ? et Pourquoi ?
NSDOS , sans hésitation, c’est mon gros coup de coeur de cette année.
Une démarche unique, un show/performance exceptionnel, hyper moderne, à l’image du festival !

Enfin, pour finir cette rencontre, donne envie au public de rejoindre le Weekend des Curiosités.
J’invite les indécis à aller regarder le report vidéo de l’an dernier qui donne vraiment une idée précise de l’ambiance du festival :