fbpx
jeudi , 21 février 2019
Accueil || Articles || Concerts || Vincent Niclo: « J’ai toujours fais les choses parce que j’y croyais ».

Vincent Niclo: « J’ai toujours fais les choses parce que j’y croyais ».

Chanteur à large possibilité vocale, Vincent Niclo n'en finit pas de séduire les foules. Dernière conquête pour le français, les Choeurs de l'Armée Rouge qui l'ont invité à les suivre dans leur tournée, aprés avoir enregistré l'album du ténor français ensemble. Vincent Niclo et les Choeurs de l'Armée Rouge seront en concert au Zénith de Toulouse le 27 mars 2013. Rencontre avec le principal intéressé.

Pourriez-vous commencer par nous retracer votre parcours ?
J’ai commencé par  le chant classique grâce auquel j’ai décroché mon premier job à l’opéra. J’ai ensuite rencontré Richard Cross (ndlr : conseiller vocal de renom) qui m’a encouragé à passer des auditions pour les comédies musicales. Ca m’a plutôt pas mal réussi puisque j’ai joué dans plusieurs comédies musicales dont Titanic, Roméo et Juliette, Autant en emporte le vent,…J’ai ensuite sorti mon premier album en 2005 (ndlr : Si le temps) qui n’a pas super bien réussie, je me suis tout de suite dit que mon prochain album serait mieux. J’ai effectué un retour au chant classique puis j’ai sorti mon second album « Opéra Rouge » avec la collaboration des Chœurs de l’Armée Rouge . Et aujourd’hui je réalise ma tournée avec ce même opéra.

N'avez-vous aucun regrets de ne plus faire de comédies musicales aujourd'hui?
Je ne regrette rien du tout, j’ai toujours tout fait par envie. J’ai toujours fais les choses parce que j’y croyais. J’aime en pas être enfermé dans une case, j’aime jongler entre les genres.

Justement, quelles sont vos influences musicales ?
Toutes mes influences sont variées. J’ai été influencé par mon père, qui était un chanteur populaire, je suis passionné d’electro, et ma mère écoutait du classique. Mes influences sont vraiment tous genres confondus. Au final il y a pas mal de gens qui s’y retrouvent.

Pourquoi avoir appelé votre dernier album « Opéra Rouge » ?
Je l’ai appelé Opéra Rouge parce que j’avais envie que les gens sachent ce qu’ils trouvent dans l’album. Opéra en référence à la musique classique et Rouge parce que les Chœurs de l’Armée Rouge m’accompagnaient.

Comment s’est passé votre rencontre avec les Chœurs de l’Opéra Rouge ?
Il me fallait un chœur puissant pour réaliser mon projet. Je me suis dit « pourquoi ne pas contacter le meilleur du monde ?» Je leur ai envoyé trois maquettes et trois semaines plus tard, j’étais invité à Moscou.

 

L’intégration au sein des Chœurs a-t-elle été facile ?
Je ne parle pas le russe, la frontière de la langue était présente. C’était difficile au début mais il y a toujours un interprète. L’accueil était chaleureux, ils m’ont tout de suite invité au restaurant et ça s’est plutôt bien passé, vodka aidant (rires).

Ont-ils respecté vos choix dans la réalisation de votre album ou ont-ils essayé de modifier le projet de base ?
Ils ont été  supers sympas avec moi. Disons qu’ils ont été intègres. Ma présence mettait du « peps » dans leurs habitudes, ils étaient toujours réceptifs à mes propositions. C’est une intégration bilatérale. On a d’ailleurs enregistré entre Moscou et Paris. Ils m’apportaient beaucoup tout comme je leur apportais beaucoup.

Comment ont-ils décidé de vous intégrer dans leur tournée?
Ils m’ont dit « Pourquoi tu ne viendrais pas chanter sur la tournée ? » J’ai tout de suite été emballé. Ils jouaient déjà la Marseillaise dans leur répertoire, avec l’ajout d’un français, les gens ont adorés. La musique a parlé d’elle-même, les gens ont adorés ma complicité avec les Chœurs Russes.

En novembre dernier, vous êtes devenu le premier étranger à participer à l'anniversaire de la Révolution russe de 1917 au Kremlin , quel fut votre ressenti ?
Il y avait toutes les plus grandes stars russes, même si je n’en connaissais aucune. C’est comme si je chantais avec Johnny Halliday ou Céline Dion mais que je n’avais pas conscience de qui ils étaient. C’était un show grandissime, tout brillait et il devait y avoir presque 120 millions de téléspectateurs.

Quels sont vos projets  pour l’avenir ?
L’album Opéra Rouge va sortir dans plusieurs pays dans lesquelles il n’existe pas encore. La tournée s’annonce longue mais je travaille déjà sur mon prochain album. Ce sera toujours du classique, et il y aura une nouvelle fois, un chœur. Je ne peux pas garantir que ça se fera à nouveau avec les Chœurs de l’Armée Rouge.

 

Les Choeurs de l'Armée Rouge  au Zénith de Toulouse le 27 mars 2013 pour deux représentations, à 15heures et 20h30.