vendredi , 19 avril 2019
Accueil || Articles || Concerts || Retour sur la première soirée du festival des Inrocks à Toulouse

Retour sur la première soirée du festival des Inrocks à Toulouse

 

Fraîchement débarqué hier soir à Toulouse, le festival des Inrocks a repris ses quartiers au Bikini, le temps de deux soirées de découvertes musicales. Toulouse Blog y était et vous propose de revenir sur cette première nuit aux accents pop rock, réunissant  entre autres Electric Guest et The Vaccines.
 
Débuté depuis le 5 novembre à Paris et dans plusieurs villes de France, le festival itinérant des Inrocks fête cette année ses 25 ans. De l'eau a coulé sous les ponts depuis ses débuts timides où le festival se déroulait seulement sur deux soirées dans la capitale, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Et comme tous les ans, à la même période, il y a deux constantes qui se répètent : le partenaire toujours original – pour ne pas dire loufoque, auquel s'associe le festival (cet automne Volkswagen), et l'assurance d'avoir une belle programmation, que l'on se trouve à Paris, Lille, Nantes, Marseille ou Toulouse. 
 
Cette année, la programmation toulousaine propose à nouveaux un mix entre groupes confirmés et prometteurs, déjà encensés par les critiques. L'occasion de découvrir hier soir l'indie pop rêveuse de Poliça, ainsi que celle, à la fois étrange et magique, d'Electric Guest ou encore le rock agité des Vaccines.
 
Avant de se rendre à la soirée, nous apprenons que le duo américain Phantogram, et son electro-pop sinueuse, annule son concert. Le site du festival précise que, suite à une extinction de voix, le chanteur Josh Cartel ne sera pas en mesure d’assurer le concert prévu ce soir au Bikini. L'heure de passage des autres groupes est alors avancée.
 
C'est donc le groupe américain Poliça qui ouvre le bal. Et là, première bonne surprise grâce à sa chanteuse Channy Leaneagh qui, contrairement à ce que pouvait laisser présager l'écoute de leur album "Give You The Ghost", n’a pas eu la main trop lourde sur l’auto-tune, nous laissant ainsi profiter de sa voix à la fois puissante et toute en retenue. Accompagnée d’un batteur et d’un bassiste, elle lançait des samples et dansait avec une grâce envoûtante.
 
Vient ensuite le tour des californiens d'Electric Guest, porté par Asa  Taccone (au chant) et Matthew Compton (à la batterie), accompagnés par deux autres musiciens. L'époque où le chanteur écrivait des chansons pour les autres uniquement semble derrière lui et c'est tant mieux. Car en plus d’être doté d'une voix forte et singulière, il fait preuve d'une vraie présence sur scène, sur laquelle il ne cesse de démontrer ses talents de danseur. Tous les titres de leur premier album "Mondo" ont été joués, avec en prime un titre inédit et une reprise rythmée de « Ritual Union » du groupe electro pop suédois Little Dragon. Un vrai régal. Electric Guest a ainsi confirmé le potentiel dansant de ses titres en faisant swinguer le public du Bikini.
 
Puis ce sont les anglais de The Vaccines qui clôturent la soirée. Rien qu'à l'écoute de leur premier album à la pop fougueuse, on sentait déjà la testostérone de ces quatre musiciens qui jouent du bon gros rock, inspiré de toute l’histoire du genre mêlant influences américaines, punk et grunge. La longue chevelure du chanteur n'est d'ailleurs pas sans rappeler un certain Dave Grohl. Les Vaccines ont bien sûr favorisé les morceaux de leur deuxième album "Come Of Age", au tempo entraînant et pêchu comme « No Hope », « Post Break-Up Sex » ou « If You Wanna », qui ont bien fait bougé la foule venue en masse applaudir la tête d'affiche de la soirée. 
 
Suite et fin ce soir avec notamment Michael Kiwanuka, The Bots ou encore Willy Moon.
 

Le Festival Les Inrocks à Toulouse
Lundi 12 et mardi 13 novembre
Réservations : www.lebikini.com