jeudi , 24 septembre 2020

La Cinémathèque de Toulouse se dévoile pour 2020-2021

Expositions, cycles, projections, invités, ciné-concerts…la Cinémathèque de Toulouse dévoile sa programmation pour la saison 2020-2021.

La rentrée est un moment magique, d’habitude, dans le monde de la culture. Les salles lèvent le voile sur les événements de la saison à venir, nous donne l’eau à la bouche. Le coeur palpitant, on note dans nos agendas les futurs événements. Malgré cette période difficile, la Cinémathèque de Toulouse nous en dit plus sur une année cinéphilique assez prometteuse. Demandez le programme !

La Cinémathèque de Toulouse remet le couvert avec des événements populaires au près du public. Ainsi, on retrouvera le cycle « Les Films qu’il faut avoir vus » (sept), « Histoires de cinéma » du 6 au 14 novembre, la deuxième édition de la Cinémathèque Junior en fête du 19 au 22 décembre, Extrême cinéma du 19 au 28 février 2021 et enfin le cinéma en Plein air du 9 juillet au 21 août 2021 pour une 17e édition au 69 rue du Taur.

On notera aussi des nouveaux comme le cycle Sorcières au prontemps ou encore Quand la télévion rime avec expérimentation (mars/avril 2021). Sans oublier de mettre en valeur le cinéma Yougoslave (janvier 2021) ou le cinéma en période de guerre en Syrie (mai-aout 2021).

Côté cycle et invité, on pourra voir les films de Gaspar Noé, La documentariste brésilienne Maria Augusta Ramos, le cinméma de John Cassavates (nov-déc), Paolo Sorrentino (jv-fév), un hommage à Jean-Denis Bonan (jv-fev), un cycle autour du cinéaste Béla Tarr (mars-avril) mais aussi une mise en avant du cinéma de Charlie Chaplin ( mars-avril), de David Fincher (mai-aout) et de Tenessee Williams (mai-aout ) entre autres.

La Cinémathèque fête les 20 ans du studio TAT


Les As de la Jungle, Terra Willy, Spike… Depuis 20 ans, les productions du studio TAT ont conquis les écrans, petits et grands, et rencontrent un succès mondial. Une réussite pour ce studio d’animation toulousain qui s’associera à la Cinémathèque de Toulouse pour une programmation spéciale. Rendez-vous avec novembre et décembre avec aussi une exposition exceptionnelle.

Des expositions tout au long de l’année


La Cinémathèque de Toulouse propose la découverte de ses collections non-film par le biais d’expositions conçues par son service iconographique à partir de ses fonds d’affiches, de photos, de press-books, d’appareils… Cette année, le menu est composé de six expositions très éclectiques, qui sauront captiver le cinéphile le plus exigeant comme le simple curieux.

La saison s’ouvre avec une monographie d’affichiste du 10 septembre au 31 octobre 2020, mettant en vedette René Péron, illustrateur de talent et grand maître de la lithographie, qui a traversé l’histoire du cinéma des années 1920 aux années 1960. Du 3 novembre au 3 janvoer, le studio TAT sera à l’honneur. Du 5 janvier au 18 février 2021, le public pourra admirer l’œuvre de Léo et Yves Mirkine, photographes de père en fils. Miroir, mon beau miroir… Les sorcières feront leur apparition du 2 mars au 2 mai 2021.

Dans le cadre de la saison Africa 2020, des affiches de cinéma peintes à la main pour les devantures des cinémas du Ghana seront exposées, grâce à un partenariat avec la Pop Galerie de Sète, du 4 mai au 27 juin.

Et, du 29 juin au 21 août 2021, une exposition conçue avec l’Institut Jean Vigo autour de l’œuvre d’Yves Thos nous conduira à l’intérieur du processus de création d’un affichiste hors pair?

Musique et cinéma avec les Ciné-concerts


Un très beau couple de cinéma sera à l’honneur cette saison. Mary Pickford et Douglas Fairbanks, ou Pickfair pour les intimes. Une programmation en huit titres, l’occasion de redécouvrir en particulier l’angélique et visionnaire Mary, « la petite fiancée de l’Amérique », moins connue aujourd’hui que son acrobate de mari. Pickfair, ou le glamour et le star-system hollywoodien à ses débuts.


Au programme également, trois cinéconcerts dans le cadre d’une nouvelle édition des Musicales franco-russes. Deux films issus des collections de la Cinémathèque de Toulouse : La Maison de la rue Troubnaïa de Boris Barnet et Trois dans un sous-sol d’Abram Room. Et un événement à ne pas manquer : l’Orchestre national du Capitole de Toulouse accompagnera Le Cuirassé Potemkine de Sergueï M. Eisenstein sur la musique d’Edmund Meisel.

Au fil de la saison, divers partenariats nous feront revisiter des chefs-d’œuvre du cinéma muet comme Borderline de Kenneth MacPherson, à l’occasion du festival Jazz sur son 31, ou Hamlet de Svend Gade et Heinz Schall et Les Finances du Grand-Duc de Friedrich Wilhelm Murnau avec l’Institut IRPALL de l’Université Toulouse Jean-Jaurès.

Après trois ans de travail, la très attendue restauration de Pour Don Carlos, film de (et avec) Musidora, pourra enfin être présentée au public toulousain. De belles surprises seront également proposées « hors les murs ». Quasimodo et Esmeralda se rencontreront au ThéâtredelaCité (Notre-Dame de Paris de Wallace Worsley). Charlot installera son cirque à l’Escale de Tournefeuille (Le Cirque de Charles Chaplin). Et le fog nocturne londonien envahira la basilique Saint-Sernin le temps d’une soirée du festival Toulouse les Orgues (Les Cheveux d’or d’Alfred Hitchcock)

Toutes les infos :
La Cinémathèque de Toulouse
69 rue du Taur – 31000 Toulouse
05 62 30 30 10
www.lacinemathequedetoulouse.com