mardi , 30 mai 2017
Accueil || Articles || Cinéma || Cinémathèque Toulouse : Au Programme du Cinéma en Plein air

Cinémathèque Toulouse : Au Programme du Cinéma en Plein air

 

La programmation du cinéma en plein air continue cette semaine avec de nouveaux films à (re)découvrir à la Cinémathèque de Toulouse. Au programme, "Moulin rouge", "Le Canardeur", "Fric-Frac", "le Pigeon" et "Avanti" !
 
Chaque été, la Cinémathèque de Toulouse propose de découvrir de nombreux films sous les étoiles de la ville rose. Chaque semaine, cinq nouveaux films sont programmés. Et, dans tous les genres. Ainsi, les spectateurs iront à la rencontre de l'univers de Baz Luhrmann avec "Moulin Rouge" puis place au premier film de Michael Cimino, "le Canardeur". "Fric Frac", "le Pigeon" et "Avanti !" concluront la semaine.

Moulin rouge, mardi 24 juillet à 22h
Clipée, dopée par une caméra virevoltante et un montage digne d’un film d’action moderne, la comédie musicale entrait dans le nouveau siècle dotée d’atours griffés MTV. L’intrigue, elle, reste classique. L’amour. Celui, impossible, d’un jeune poète désargenté, embauché pour écrire le livret d’une revue du Moulin Rouge et qui tombe amoureux de la star du cabaret, la sublime Satine. Paris 1900, comme un décor de boule de neige. Remuer la boule et tombent les étoiles du music-hall. Filantes. Éternellement filantes.
 
 
 
 

 
 
Le Canardeur, mercredi 25 juillet à 22h
Un road-movie. Un film de braquage. Une histoire d’amitié virile qui est peut-être bien plus qu’une histoire d’amitié. C’était le premier film de Michael Cimino, jeune prodige plein de talent qui se voyait ouvrir la porte du paradis : Hollywood. Co-scénariste de Magnum Force, il avance ici encore dans la foulée de Clint Eastwood, un monde de durs auquel il apporte déjà sa touche personnelle, la fragilité et son goût pour le crépusculaire des fins d’époque. Un vieux casseur de banques pourchassé par ses anciens complices s’associe à un jeune aventurier pour récupérer le magot, le début d’un voyage vers l’enfer…
 
 

 
Fric-Frac, jeudi 26 juillet à 22h
Dans la terminologie spécifique d’avant-guerre, un fric-frac est un cambriolage. Un casse, aurions-nous dit plus tard. Ou un braquo, dirions-nous aujourd’hui, encore que ce dernier nécessite d’avoir les mains armées. Bref, tout est dans le titre ou presque. Un cambriolage et de l’argot des années 30. Mais le tout n’en est pas moins une comédie en mode gouaille de Paname. L’histoire d’un naïf employé de bijouterie qui se fait refaire par un curieux couple de voleurs. Fernandel en guise de cave et Arletty flanquée de Michel Simon pour jouer les « monte en l’air ». Autant dire que l’on est dans de beaux draps.
 
 

 

Le Pigeon, vendredi 27 juillet à 22h
Avec un casting de rêve (Marcello Mastroianni, Vittorio Gassman, Totò et la jeune Claudia Cardinale dans un de ses tout premiers rôles), le Ocean’s Eleven et ses séquelles n’ont qu’à bien se tenir. Finis la cool attitude et les costards qui n’ont pas de prix ; ce soir, une bande désorganisée de truands à la petite semaine se prépare cahin-caha au casse de sa vie. Le butin les laissera sur leur faim mais pas sur votre fin… Ce Pigeon picore gaiement dans le râtelier de Du rififi chez les hommes et plus largement du film de casse minutieusement préparé. Picore seulement, parce qu’il en éparpille les graines germées et s’envole rapidement sous les cieux de la comédie que l’on nomme à l’italienne. Un des fleurons du genre.
 
 

 
Avanti !, samedi 28 juillet à 22h
Celui-là il ne faut pas le rater, Wilder y réussit tout ce qu’il a raté ailleurs, ce mélange de tendresse au vitriol et d’énervement misogyne qui l’agite et l’a longtemps tenu en vie. Dans Avanti !, comédie macabre et romantique à la morbidesse interminable, la vie sourd par tous les pores. Le Hitchcock de Mais qui a tué Harry ? n’est pas loin, c’est dire », écrivait Skorecki. Un millionnaire américain se rend en Italie pour rapatrier le corps de son père mort dans un accident de voiture. Il découvre qu’il avait là-bas une maîtresse à qui il rendait visite tous les ans. Il découvre surtout la fille de cette dernière. Quand l’Europe (re)fait l’éducation de l’Amérique.