lundi , 20 novembre 2017
Accueil || Évènement || Rio Loco – MÉGOT

Agenda culturel sur Toulouse et sa périphérie.
Toulouseblog vous propose une liste événements par salle, par date et par type.

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Rio Loco – MÉGOT

Mégot peint des roches comme d’autres avant lui ont peint des murs dans des grottes. Comme les premiers artistes de l’humanité, Mégot écoute la pierre, recherche la ligne de fracture, le creux ou le relief qui permettront l’organisation de sa peinture. Pour l’artiste réunionnais, la roche n’est pas une matière inerte à embellir. C’est une beauté à révéler ! Dans son langage, couleurs, formes et signes ont un poids, une mesure, une signification. Quand Mégot peint, il s’approche de la pierre, l’observe, l’écoute, la respecte. Son geste est posé, précis, il fait sens. Entre épure et mystique, graffiti et graphisme, il inscrit ses pensées à même la pierre, travaille les lignes et les courbes, donne vie à un chaos organisé en faisant se rencontrer des formes abstraites ou géométriques. Chaque pièce a sa propre multi-culturalité, suit sa propre mécanique. Chaque couleur utilisée a une signification. Le rouge représente le sang, le chaud, la fournaise… Le blanc, la pureté, l’innocence et la parole. Et le noir, la mort, bien sûr, mais surtout, la roche ou l’élégance… Ce véritable chaman du rocher jette ainsi un pont entre le réel et l’imaginaire ! Son travail va être réinterprété par les publics de la Valise Rio Loco (qui ont pu rencontrer l’artiste courant mars lors d’ateliers de formation à la technique de dessin sur roche et au vocabulaire graphique exceptionnels) et ainsi démultiplié au travers d’une oeuvre collective où chaque petit caillou ajoutera une… pierre à l’édifice !

* « langage des pierres » en créole réunionnais

“ Inspiré par les cultures tribales, le graffeur, venu d’un caillou perdu au milieu de l’Océan Indien, a emmené à Marseille les élèves […] dans sa furie créatrice. Celle de couvrir des pierres de couleurs et de motifs ” (Gwenola Gabellec, La Provence, 2015)