vendredi , 24 novembre 2017
Accueil || Évènement || Rio Loco – PIERROT MEN

Agenda culturel sur Toulouse et sa périphérie.
Toulouseblog vous propose une liste événements par salle, par date et par type.

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Men vit et travaille à Fianarantsoa, à plus de neuf heures de route de la capitale malgache. C’est là qu’il ouvre en 1974 le plus grand laboratoire photographique de la ville, le « Labo Men ». Pourtant, pendant de longues années, la photographie n’est rien d’autre qu’un simple support (artistique et financier) à sa passion première, la peinture. Entre photos d’identité, baptêmes et mariages, cette situation dure pendant 17 ans, jusqu’au jour où une amie lui dit que ses photos sont nettement meilleures que ses toiles ! Cette preuve de franchise va changer le cours de son activité artistique : l’artiste délaisse le chevalet pour se consacrer uniquement à la photographie. Et les premiers résultats de se faire peu attendre ! En 1994, il est lauréat du concours Mother Jones (San Francisco), dont la récompense est un Leica®… qui ne l’a plus quitté depuis. C’est le début d’une reconnaissance qui va vite dépasser les frontières de la Grande Île. Récompensé par plusieurs prix (Jeux de la francophonie à Madagascar en 1997, prix UNEP/Canon en 2000…), son travail, entre reportage et photo d’auteur, noir & blanc et couleur, fait l’objet de nombreuses expositions et publications. Son oeuvre, empreinte d’humanisme, est habitée par l’âme de Madagascar avec qui elle ne semble faire qu’un. Qu’importe s’il ressent des fois les choses sans les comprendre, Pierrot Men fait confiance à son instinct, laisse le champ libre à l’instantané pour capturer la magie du quotidien, « car réfléchir une image, c’est courir le risque de la voir disparaître ». Puissent en témoigner ces superbes tirages sur bâches qui habillent les totems de la Prairie.

“ LE photographe de la Grande Île ” (Marine Dusigne, Clicanoo, 2016) “ Ce photographe de Fianarantsoa, à Madagascar, montre dans ses clichés toute la finesse, la beauté et le tragique de sa Grande Île ” (Pierre Cochez, La Croix, 2015)