lundi , 20 novembre 2017
Accueil || Évènement || Rio Loco – ANN O’ARO – OURAGAN POÉTIQUE

Agenda culturel sur Toulouse et sa périphérie.
Toulouseblog vous propose une liste événements par salle, par date et par type.

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
Danseuse, auteur, compositrice, interprète… mais avant tout, un être libre. Libre dans son corps et dans sa tête, Ann O’Aro n’est pas oiseau que l’on met en cage. Plutôt une femme-guerrière, une Amazone qui n’a pas peur des ombres. Pour l’artiste réunionnaise, tout est parti du corps. Ann O’Aro a dansé, dansé jusqu’à plus soif. Puis, du corps, la jeune femme est passée à la parole et au chant : « Tout se rejoint pour moi, c’est vraiment une expression, un besoin de dire. Pour moi, la danse, le chant, la musique, la peinture, ce sont juste des moyens […], des canaux d’expression ». Une écriture fulgurante, un « fonnkér » cru et cinglant (état d’âme, en créole réunionnais, qui laisse transparaître un sentiment profond, un amour, un bonheur, une amertume, une émotion, une pensée), une musicalité évidente et une force d’interprétation peu commune, voilà qui pourrait résumer le maloya sensible d’Ann O’Aro. Les textes sonnent fort, parlent de la folie humaine, du corps qu’on pille et qu’on utilise, du corps déshumanisé puis réhumanisé (inceste, violence, suicide…). Les rythmes, offerts en duo avec Jidé Hoareau pour l’occasion, épousent le verbe, la voix le fait s’envoler. Et la conclusion de revenir à Ann O’Aro : « Je pense que l’on pourrait résumer tout ça à… un long cri aphone ! ». Pas faux

“Depuis vingt-sept ans, Africolor s’attache à mieux faire connaître la richesse des cultures africaines et leur implication dans la société. Il privilégie les étoiles qui illuminent l’art et la conscience […]. Parmi nos coups de coeur, la création d’Ann O’aro (maloya) ” (Fara C, L’Humanité, 2016)

www.labelcobalt.com

wwww.facebook.com/ Ann-Oaro-1406292983 013326/?fref=ts

Dernier album : Sortie d’un premier album en solo (2017)

Ann O’Aro : chant, percussions – Jean-Didier Hoareau : choeurs, percussions, bob.

Avec le soutien de la Sacem

©Florence Le Guyon